TÉMOIGNAGEs

OANH

Etats Unis

Je n'avais jamais pensé que la vie consacrée était pour moi jusqu'à ce que je participe à une retraite de carême pour les jeunes, à l'âge de 17 ans.  L'amour particulier de Jésus pour moi m'a touché tellement fort qu'il m'a donné envie de découvrir ma vocation avec un cœur reconnaissant et ouvert.  Cet été-là, alors que je venais de terminer mes études secondaires, j'ai demandé à mes parents de participer à une expérience "Viens et vois" dans une congrégation locale et j'ai découvert que la vie communautaire centrée sur l'Amour lui-même me plaisait beaucoup.  Bien que je ne connaisse rien au discernement, je sentais que le Seigneur m'appelait.  À la fin de cette expérience, j'ai demandé à mes parents de me permettre de rejoindre cette congrégation, mais ils m'ont demandé d'attendre la fin de mes études universitaires. Je ne voulais pas attendre par peur de "perdre ma vocation", mais ma mère a déclaré : "Si c'est vraiment ta vocation, tu ne vas pas la perdre." J'ai donc commencé à renforcer ma relation avec le Seigneur et à approfondir ma confiance en sa fidélité.  Quand ce fut mon tour de faire un discernement, le Seigneur m'a confirmé dans le seul désir que j'avais : être plus intime avec Lui à travers la vie religieuse.  Il m'est également apparu clairement que je voulais entrer dans une congrégation internationale avec un amour pour l'adoration et la spiritualité ignatienne.  Quelques années plus tard, j'ai trouvé chez les Ancelles tout ce que le Seigneur voulait pour moi, en plus d'une vie communautaire simple et humble qui m'a permis de me sentir chez moi.  Le voyage de dix ans, entre le moment où j'ai ressenti l'appel et celui où je suis entrée, a été un voyage d'ouverture aux surprises de Dieu qui ont dépassé mes rêves. oanhvo2012@gmail.com

CLAUDIA

COLOMBIE

Certitude... encouragement... pari... mouvement ; voilà ce qui m'a accompagnée durant ces vingt-cinq années à la suite de Celui qui, un jour pendant le mois d’Exercices, a séduit mon cœur et m'a consacrée à Lui comme Ancelle. Les premières fois, Il a utilisé des personnes, des situations, des histoires et des lieux pour me parler... quelques unes au milieu de mes déserts, d'autres dans mes moments de plus grande consolation... Il était toujours là. J'étais une jeune femme "normale" : j'allais à l'école, j'avais des amis, certains plus que des amis ! Quand un beau jour, les Ancelles, qui allaient à la chapelle, m'ont invité à faire ma confirmation... j'avais déjà l'âge... quinze ans ; alors sans hésitation j'y suis allée... et aujourd'hui je dis : je reste ! Ensuite, il y a eu l'engagement comme catéchiste, les missions, connaître la communauté et, à partir de ces expériences, j'ai appris à connaître un Dieu qui avait un visage concret pour moi : Jésus dans l'Eucharistie... Cette découverte a été ce qui m'a le plus attirée et séduite ! Déjà dans ma vie d’Ancelle, j'ai découvert que cet aspect de Dieu me pousse à le rencontrer dans d'autres personnes : femmes, enfants, jeunes, personnes âgées... victimes de la violence, de la pauvreté, de l'injustice... et vient alors un autre défi MAJEUR... être moi-même Eucharistie pour eux ! « Seigneur, et celle-ci ?» « et celui-ci ? » Cela peut être tant de jeunes qui osent le suivre, ce peut être toi, qui me lis, ce peut être moi, qui essaie chaque jour de le suivre de plus près !!!! tolozaclaudia178@gmail.com

AMPARO

ESPAGNE

Dans mon long pèlerinage à travers la vie, Jésus dans l'Eucharistie a toujours été présent, depuis mon enfance sous la conduite de mes parents, jusqu'à aujourd'hui. Jésus m'a fait tomber amoureuse, m'a apporté la paix et le bonheur, m'a soutenu dans les moments difficiles. Il m'a envoyé dans l'aventure d'être son disciple, dans l'éducation, parmi les plus défavorisés, dans la communauté, dans la famille, avec les amis. Je l'ai trouvé dans l'éducation, j'ai aimé accompagner, prendre soin des élèves, avec plus d'attention pour les plus défavorisés, dans l'écoute active, valoriser toute réussite, aussi petite soit-elle. Dans l'éducation alternative, dans le scoutisme et dans nos groupes ACI, où les valeurs chrétiennes sont vécues naturellement, presque sans s'en rendre compte. Avec les jeunes, dans diverses réunions : Exercices, Pâques, activités de solidarité, accompagnement. Faire équipe avec le personnel enseignant, partager des expériences, des recherches, des prières, des célébrations. Dans le cadre du volontariat, avec des enseignants, des pères, des mères, accompagnant les élèves pour apporter de l'affection aux personnes âgées. Au service des personnes démunies : immigrants, réfugiés, prisonniers ; dans leurs luttes et leurs souffrances, nous faisons l'expérience de la mort et de la résurrection du Christ, nous vivons Pâques. Ils me mettent au défi et m'aident à relativiser mes difficultés et mon égocentrisme. Dans la communauté, en accueillant la diversité avec ses difficultés et son immense richesse, j'ai appris la fidélité à Jésus dans l'Eucharistie, dans l'adoration et dans le service. Dans la vitalité des jeunes femmes et dans la générosité débordante et joyeuse des femmes plus âgées.

ANA PINA

Indonésie

En regardant en arrière après 25 ans d’Ancelle et en me rappelant où cette "aventure" a commencé, il y a certains moments qui, je pense, ont été importants et m'ont aidé à prendre la décision de suivre Jésus. Une fois, j'ai fait une retraite en silence de trois jours avec une douzaine d’amis et un prêtre jésuite saint et très patient. C'était la première fois ! Nous étions tous encore des étudiants universitaires qui commencions notre voyage dans la foi et il était difficile de rester silencieux et de contenir les rires et les regards complices. Mais peu à peu, les temps de prière, l'atmosphère de silence et les eucharisties m'ont aidé à découvrir et à "être" avec Jésus "comme un ami avec son ami" ; à faire l'expérience de son amitié et du défi de vivre ma foi de manière plus engagée. C'était certainement déjà le début d'un appel.... que je ne comprenais pas encore. Après cette retraite, nous avons tous commencé à nous impliquer davantage dans différentes activités et à désirer être formés et connaître davantage Jésus. Un autre moment important a été une Pâques à Taizé, où j'ai fait l'expérience de l'universalité de l'Église et de la communion avec des jeunes d'autres Églises chrétiennes. Vivre et partager la prière, la réflexion et les activités quotidiennes avec des personnes si différentes et de tant de nationalités, langues, cultures... mais où l'écoute et l'accueil de chacun tel qu'il est était réel et sincère. Nous avons tant appris les uns des autres ! Convoqués par le même Christ Jésus, qui se donne par amour, pour chacun de nous et nous a mis au défi de répondre à ce même amour... avec générosité et confiance en son amitié. Quand je suis revenue... j'ai ressenti une joie profonde, et, bien que je ne sache pas encore comment, cela m'a fait faire un autre pas : discerner comment et où répondre à cet Amour sans retour, ce qui m'a mis au défi d'aimer de cette façon aussi. Mais tout n'a pas été linéaire... et j'ai aussi ressenti d'autres défis, j'ai éprouvé des doutes, des peurs... des incertitudes quant à la possibilité de vivre ainsi pour toujours... Et c'est pourquoi un troisième moment a été important pour moi : une année de volontariat à Sao Tomé-et-Principe, un petit pays du continent africain. Là, vivant en communauté avec un petit groupe, nous mettions nos talents et nos études au service de l'Église et de la communauté locales, en aidant au travail pastoral, à l'éducation ou aux programmes de développement dans les communautés locales. C'était la même expérience de joie profonde à partager librement ce que j'étais et ce que je savais. Ne pas être seul, mais en complémentarité avec d'autres... très différents de moi, mais appelés par le même Jésus dans le même but : donner la vie, aider à grandir, partager ce que nous avions reçu ! Dans tous ces moments, et dans bien d'autres encore... j'ai expérimenté et confirmé encore et toujours comment Dieu nous appelle à le suivre en toute liberté, si nous le voulons et quand nous sommes prêts à le faire ; il nous fait ressentir une joie intérieure profonde, capable de surmonter les obstacles présents et la peur de l'inconnu ; et surtout, la certitude et la confiance qu'il sera toujours avec nous, qu'il marchera avec nous, et qu'avec son Esprit, il nous inspirera la parole et le geste justes. Ce n'est pas à cause de mes forces et de mes capacités, de mes efforts ou de mon bon caractère... mais parce qu'Il est déterminé à compter sur moi... et à travers moi, à atteindre les autres. Je le crois et le vis encore aujourd'hui, chaque jour... Les défis changent... mais Sa fidélité et Sa bonté... non ! Et en eux je mets ma confiance. Toujours ! anapinaaci@gmail.com

DELFO

CUBA

Nos vies sont marquées par des questions fondamentales, mais il y en a souvent une qui est à double tranchant. Dans mon cas, c'est la question du sens de la vie. Je suis Delfina María Barrera Oro, Delfo. Je suis une ancienne élève de notre école dans un quartier aisé de Buenos Aires. Je n'ai jamais eu à m'inquiéter de savoir s'il y avait assez à manger à la maison ou pas. Je tiens à préciser ce point, car de nombreuses personnes n'ont pas grandi dans cette assurance. J'ai bien travaillé à l'école et j'ai réussi sans trop d'efforts. Mon adolescence a été semi-rebelle ; sorties, fêtes, famille, amis. Je pensais avoir un avenir brillant et réussi assuré, mais de temps en temps, la question du sens de la vie me déstabilisait... Est-ce cela la vie ? À l'âge de 16 ans, j'ai fait une retraite spirituelle. Je ne comprenais pas vraiment ce qui m'arrivait et sans savoir comment, Dieu m'a trouvé. Cela m'a prise par surprise, car à vrai dire, j'étais parti pour passer un bon moment avec des amis... Ce fut une rencontre réparatrice avec Dieu qui m'avait toujours cherché.  Il était présent dans ma vie, même dans les petits moments de douleur que j'avais vécus. Cela m'a amené à rencontrer des personnes démunies. Pendant les vacances d'été, j'ai commencé à aller en mission dans un endroit très pauvre, sans électricité ni eau, à l'intérieur des terres en Argentine. Nous avons partagé la vie des gens, en visitant les huttes, en jouant avec les enfants, en parlant avec les mères ... Et la rencontre avec Jésus dans l'Eucharistie, qui au début était assez difficile pour moi à cause de ma "condition rebelle". Encore une fois, sans bien comprendre, j'étais heureuse... La mission a commencé à prendre du sens, changeant mes priorités. J'ai découvert que Jésus et son Royaume valaient la peine, valaient ma vie. Je sentais que Dieu prenait de plus en plus de place en moi... et il ne me demandait pas seulement un peu, il me demandait tout. Je vivais déjà le charisme à travers l'école et la mission. J'ai fait l'expérience que Dieu me réparait et que moi et beaucoup d'autres pouvions entrer dans son Cœur Ouvert. L'Eucharistie était devenue un moment fondamental de rencontre (avec Lui, avec moi, avec les autres) ... Le fait est que je ne me voyais pas comme une religieuse (je ne pense pas que ceux qui me connaissaient me voyaient non plus... peut-être pas plus maintenant, hahaha). J'ai regardé les ancelles à l'école et dans les quartiers pauvres, j'ai vu qu'elles étaient tous différentes. Et j'ai pensé "Eh bien, si elles sont tous différentes, peut-être que je peux être qui je suis ici aussi". Dieu nous appelle tels que nous sommes, libres, c'est fondamental. Dieu m'a emmené vers les plus pauvres et en partageant la vie avec eux, j'ai trouvé un sens et une joie. Je peux accompagner leurs douleurs et ainsi traverser les miennes aussi. Ils m'ont révélé le Jésus humain, proche et réparateur. Dieu m'a amené aux pauvres et les pauvres m'ont amené à Dieu ? Dans cette rencontre, Dieu m'a fait le don de ma vocation d’Ancelle de son Cœur brisé... et du peuple. delfoaci@gmail.com

AMAVEL

Philippines

Quand je contemple à nouveau l'histoire de Jésus avec moi à travers ma vocation d'Ancelle, j'ai toujours cette image du pain qu'Il prend lui-même parmi les autres pains ... J'étais enseignante avant d'entrer chez les Ancelles ici dans mon pays. Mon histoire de vocation était un peu folle parce que je sentais vraiment que Dieu m'appelait à toutes les vocations. En fait, j'avais une amie très chère qui était aussi une amie des tertiaires laïcs consacrés. Ainsi, pendant les années d'études à l'université, j'étais très amoureuse du Seigneur et j'étais prête à dire Oui à toutes les vocations.  Je rêvais d'être mère de famille, et à un autre moment, je me voyais comme une laïque consacrée très engagée. J'ai grandi dans une famille très croyante et j'étais donc aussi très active dans la paroisse. Je ne pouvais donc pas m'empêcher de ressentir intérieurement qu'il était mon premier amour depuis mon enfance. J'ai commencé à prier pour ma vocation et à aller à la messe tous les jours et j'ai appris à connaître Jésus-Eucharistie plus profondément, j'ai senti que le Seigneur était très constant à se révéler à moi et avant de terminer mon université, après 4 ans de discernement j'ai pris la décision de suivre le Seigneur qui m'appelait... j'ai alors connu les Ancelles et l'Eucharistie. L'adoration m'a attirée doucement, mais clairement. J'ai pleinement expérimenté la vie normale d'une jeune fille et puis j'ai tout quitté pour suivre Jésus en tant que religieuse. Ce qui m'a le plus aidée, c'est la relation spontanée avec Jésus, qui est passée d'une véritable amitié à mon seul amour. Tout au long de ce voyage, plusieurs personnes m'ont accompagné avec beaucoup de patience et de douceur, surtout lorsque j'hésitais. Bien que je puisse compter sur ces personnes, mes parents ne m'ont pas soutenue dans ma décision. Mais maintenant, avec mes deux frères qui sont prêtres, mes parents sont devenus des animateurs de vocation. Treize ans ont passé depuis lors et je suis très reconnaissante au Seigneur pour sa fidélité toujours plus grande à notre histoire. Il continue d'être ma raison de vivre ma vocation d'ancelle et je partage cette joie avec tous ceux qui m'entourent et à qui je suis envoyé. Je fais mienne la phrase de Sainte Raphaëlle Marie "seulement en Jésus, par Jésus et pour Jésus toute ma vie". Comme les cinq pains et les deux poissons, je voudrais être chaque jour un morceau de pain pour les autres, peut-être parce que, comme les pauvres de mon pays, s'il y a du pain, il y a la vie. ortineroamavel@gmail.com

Maria

ANGLETERRE

Je me souviens que j'ai toujours voulu faire quelque chose pour aider les autres : d'abord médecin, puis dentiste, et enfin comme consacrée, comme soeur. La recherche d'une vocation est peut-être un chemin risqué, mais c'est un chemin qui vaut vraiment la peine d'être suivi : le chemin de la recherche de la manière dont je peux être plus moi-même, plus de Dieu et pour les autres. Et cette voie prenait une forme concrète, surtout en raison de l'appel très fort à un dévouement universel, notamment envers les plus pauvres. Je suis née dans une famille catholique et Dieu a toujours été présent dans ma vie, bien que je n'aie pas eu de relation étroite avec Lui jusqu'à l'âge de 18 ans, lorsque je me suis préparée à la Confirmation (là, j'ai rencontré les Jésuites et un peu plus tard les Ancelles) et j'ai découvert Dieu comme un être personnel, quelqu'un avec qui je pouvais avoir une amitié profonde et réelle. Je me suis engagé dans différents groupes de jeunes et j'ai passé un long moment dans le "Movimento ao Serviço da Vida" (Mouvement au service de la Vie) et avec eux j'ai passé trois étés dans l'intérieur du Brésil, un lieu d'une profonde expérience de Dieu avec les plus pauvres des pauvres.  Dieu est venu séjourner dans ma maison. Il n'est jamais reparti. L'impatience de répondre à l'invitation de Dieu à collaborer avec lui ne m'a plus jamais quittée. Je peux dire que ce parcours de découverte de ma vocation a été long, avec des hauts et des bas, mais mon cœur s'est profondément reposé et apaisé lorsque j'ai fait le pas d’entrer chez les Ancelles. C'est comme si deux pièces d'un puzzle s'étaient parfaitement emboîtées, car je ne suis pas seulement venue partager une mission avec Lui, mais je suis venue faire de Son rêve ma raison d'être. maria.alarcaoaci@gmail.com

Alexandrine

Guinée Equatoriale

Tout a commencé à Bikop, mon village, où, après un échange avec mon père sur mon désir de devenir religieuse, je suis allée parler aux sœurs de la mission de "comment suivre le Christ". Sœur Mercedes Cuartino a été la première sœur à m'accueillir avec amour, elle m'a expliqué le processus à suivre et c'est ainsi que j'ai commencé mon voyage. Ma rencontre avec Narciso et Christian, deux enfants handicapés, l'un mentalement et l'autre physiquement, à l'école maternelle de Bikop, a été décisive. En effet, ils sont devenus une préoccupation pour moi, et je me suis immédiatement demandé ce qu'il adviendrait de ces enfants sans les sœurs. C'est alors que j'ai compris, au fond de moi, la voix du Seigneur qui me disait : " c'est vers eux que je t'envoie ". C'est ainsi que ma vocation religieuse a été confirmée et que ma vocation d'éducatrice est née. Au juniorat, on m'a envoyé étudier la pédagogie, je savais que le Seigneur m'offrait le plus beau cadeau que je recevrais jamais. Mon rêve de devenir éducatrice prenait forme et à la fin de mes études, j'ai compris l'importance et l'engagement de nos fondatrices et des premières Ancelles pour l'éducation. Parce que "éduquer", c'est être comme le potier qui donne à l'argile la forme désirée.

Sœur Ceci

CECILIA

TIMOR ORIENTAL

Je m'appelle Cecilia. Récemment - il y a quelques semaines - j'ai découvert que mon nom signifie "petite fille aveugle". La vérité est que je n’aime pas beaucoup cela. La partie "petite" n'est pas mauvaise, mais aveugle ? Les gens associent toujours Cecilia à la musique, à cause de la sainte, mais la vérité est là, et étymologiquement cela signifie "petite fille aveugle". Et même s'il y a quelque chose que je n'aime pas, ce nom en dit long sur ma relation avec Jésus. S'il y a une phrase dans laquelle je peux résumer mon histoire et ma relation avec Lui, c'est celle-ci : " Fixez vos yeux sur Jésus ". En fait, c'est la phrase que j'ai gravée dans mon alliance. Et alors ? Depuis que je suis une petite fille, depuis que je suis une enfant, je cherche Jésus, je veux le suivre. Et Lui, s’est chargé de faire brûler mon cœur depuis mon plus jeune âge. Dans la catéchèse à l'école, les missions de solidarité pendant les vacances, mes premières retraites, mes fiançailles, le choix de ma carrière, les retraites dans la vie, mon entrée dans la Congrégation, les différents pays où j'ai vécu - Argentine, Bolivie, Uruguay, Timor oriental. Le désir a toujours été le même, le voir. Le contempler dans l'adoration, dans la vie partagée avec les plus pauvres et les plus abandonnés… ça a toujours été Lui. Même si, par nature, je suis souvent aveugle, savoir que je suis aussi petite et entre ses mains m'a sauvé. Et c'est seulement avec Lui que je peux apprendre à VOIR, pour voir ce que Dieu veut que je voie, comment Dieu veut que je voie... et pour vivre en conséquence, en mettant ma vie au service de son Royaume. Car après tout, n'est-ce pas là le but de la consécration ?

Sœur Isabel

ISABEL

Guinée Equatoriale

J'aime beaucoup regarder la mer.  J'ai grandi au bord de la plage et j'ai eu la chance de pouvoir regarder le coucher de soleil tous les jours. Mais ce que j'aime le plus, c'est le bruit des vagues, et les voir aller et venir, pour aller et venir encore. Et c'est ainsi que cette histoire a commencé. Et c'est ainsi que Dieu est entré dans ma vie, comme une présence constante qui mobilise et envoie. La question de la vie religieuse s'est posée quand j'avais 18 ans. Je venais de commencer l'université et je voulais donner un sens à ma vie. Je m'imaginais mariée, avec de nombreux enfants, travaillant dans la même ville que celle où je suis née, en terrain connu. Mais parfois, les vagues prennent la forme d'une tempête et vous emportent au large. Dieu avait un autre horizon pour moi et m'invitait à sortir, à aller plus loin, et avec Lui, à " guérir toute maladie et tout mal ". Il m'a fait cette invitation à travers la souffrance et la maladie des personnes que je soignais dans l'hôpital où j'ai fait mon stage. Et il l'a fait aussi dans le foyer pour enfants où j'étais bénévole tous les samedis. Et sa "vague" a atteint cette réalité confortable dans laquelle je m'étais installée, pour me sauver et m'attirer avec son Évangile à travers les petits, les pauvres, ceux qui souffrent. Paradoxalement, c'est la douleur, le silence, l'absurdité de la souffrance qui a fait naître en moi la flamme du désir. J'ai découvert la beauté cachée dans les ruptures que je contemplais et j'ai voulu collaborer à ce chemin de réparation, qui se passait aussi en moi.   J'ai fait confiance et j'ai compris que ce rêve de Dieu devait être avec d'autres, et c'est ainsi que je me suis retrouvée devant la question de la vie religieuse, qui est devenue par la suite une réponse joyeuse et confiante.  Aujourd'hui encore, après 21 ans depuis le début de cette aventure, Dieu continue à être cette vague régulière qui, jour après jour, embrasse ma petite réalité et la transforme en désir de plus. Aujourd'hui encore, je souhaite laisser ce mouvement constant de son appel, de sa tendresse, de son amour radical, continuer à me transformer et à m'emmener "plus profondément”. isafeaci@gmail.com

Trinh Nguyen

Trinh

VIETNAM

Quand j'étais plus jeune, je n'avais absolument aucun désir de devenir religieuse. En fait, j'avais eu une très mauvaise expérience avec les religieux dans mon enfance. En grandissant, je voulais avoir un bon travail, fonder ma propre famille, avoir des enfants et être heureuse ! Ainsi, à l'âge de 24 ans, lorsque j'ai demandé à ma famille l'autorisation de commencer un temps de discernement avec les Ancelles au Vietnam, la réponse de ma famille et de mes amis a été de rire ; pour eux, c'était juste une blague folle. Bien que je sois installée, avec un bon travail et des amis merveilleux, les nuits étaient terribles. Le seul mot pour décrire mon moi intérieur était "vide". J'ai donc fui ce sentiment obsédant en restant dans une chapelle d'adoration après le travail, en regardant Jésus en silence, et en me posant mille fois la même question : " Quel est le sens de ma vie ? ". Un ami m'a proposé de participer à une retraite ignatienne que j'ai considérée comme des "vacances" loin de cette vie vide. Après la retraite, j'étais sûr que ma vie ne serait plus jamais la même. Je ne connaissais rien à la vocation, j'essayais seulement de répondre aux questions qui ne cessaient de surgir en moi, ce qui m'a finalement conduit aux Ancelles, une fois de plus et pour toujours à Jésus dans le Saint Sacrement dans la Congrégation. acibachhop@gmail.com

UNE VIE QUI VAUT LA PEINE, C'EST UNE VIE QUI SE DONNE

Visitez notre chaîne Youtube